Inscription Aller à: [ recherche ] [ menus ] [ contenu ] [ montrer/cacher plus de contenu ]



Éponyme.

Éponyme. You_Hold_Me_Without_Touch_by_MultiCurious

J’avais disposé des coussins de velours, écrin mordoré dans cette alcôve subliminale. J’avais préparé l’instant, répété les gestes qui invitent et articulés les mots qui évitent le désarroi, sans voix, dans un bruissement d’Eternel Recommencement. Du déjà vu, où tout reste encore à découvrir, où la connivence des corps conduira à l’exacerbation des soirs d’étés, indubitablement. J’avais éparpillé ça et là quelques effluves de bergamote, pour la candeur et la naïveté de l’oppression amoureuse, elles dansaient en suspensions tels des grains de poussières électriques, virevoltantes autour des molécules du désirs qui apprivoisent l’envie et nous, pauvres humanisants, nous ne pouvons que nous prendre au jeu, comme à chaque fois que nos frissons réclament le rapprochement. J’avais allumé les flammes vacillantes et tamisées, celles qui font briller les yeux lorsqu’ils sont légèrement humides, dilatant les pupilles, étirant la verve des regards obliques quand tout est encore à se dire, mais que rien ne peut être confié, confiné dans l’espace restreint de deux êtres, qui savent qu’ils vont se toucher, mais qui attendent ce moment en le faisant durer encore et encore. C’est quand la tempête précède le calme, que les confins de mon esprit se mettent à bouillonner, l’instant d’avant est tellement précieux que le pendant en devient déjà consommé, et tandis que l’Impétuosité fera son office, la mescaline, elle, liquéfiera tout ce qu’il reste à aimer …

C’est empoudrée de sable qu’elle s’est offerte à mon aveuglement conquis, sa démarche ondulante égrenée des dunes par grand vent a accéléré mes connexions reptiliennes, quelques secousses de désirs imperceptibles venaient alimenter ce qu’il me restait de raison, et par là même, détruisaient les derniers remparts d’une forteresse en ruine. Elle s’est allongée le long des coussins, épousant son corps de femme comme le ferait la plus subtile des rosées lorsqu’elle tapisse la terre pas encore réveillée. Quelques métaux venaient tinter ses poignets, si finement dessinés qu’ils résonnaient à même son pouls, carillon de Précieux fuyant dont l’unisson se perdait en un bruit mat et sourd. Elle m’a juste regardé, souri peut être, je ne m’en souviens plus vraiment. Ce qui me reste d’elle n’est qu’une impression argentique surexposée, une sorte de halo de lumière aux tons trop lumineux que pour être retouché, subjugué par l’opacité qui émanait de ses nuits quand la promesse qu’elles se feront plus belles que vos jours, touche en plein fouet les orgasmes défroissés. C’était un de ces moments que les Dieux nous abandonnent, le Judas obturé par la connivence érotique et ils nous suffisait de jeter quelques pièces d’or sur le sol pour soudoyer les plus arides d’entre nous. Nous nous sommes enfin rapprochés, les joues chiffonnées de caresses, prélude, étreints de sorte à ce que plus aucune molécules d’air ne viennent séparer notre corps, interlude, et finalement amalgamés, lorsque le scintillement des étoiles se mariaient avec les Tremblements de nos bouches …

2 Commentaires à “Éponyme.”

  ( Fil RSS pour ces commentaires)

Laisser un commentaire

  1. j’adore tes ecrits… c’est si fort, et je peux m’y impregner… me perdre dedans….

    precieuse a dit ceci

  2. This dramatized info inbound links the internet to help Bobbies thoughts, motives, and even historical past. As a result, it’s dramatized. Believe in the case of stage, not necessarily brief summary. In the event the title isnt with the realtime of this stage, diligently take into consideration dropping the application.
    [url=http://canadagoosenorge.8ewebs.com]canada goose oslo[/url]
    canada goose oslo

    canada goose oslo a dit ceci


clcailleau |
AHLALAY |
manonjouanni |
Unblog.fr | Créer un blog | Annuaire | Signaler un abus | TIGRESSE BLEUE
| apprendre le français
| poésie émoi